L'équipe de

VURPAS Architectes


A notre première visite, nous avons été impressionnés par les volumes exceptionnels et généreux de la Halle Girard.
Philippe BEAUJON
Président Vurpas Associés
Transcrire « en douceur » une halle industrielle du XIXe
en espace tertiaire et évènementiel du XXIe siècle.

Damien PONTET
Economiste Associé
Il nous faut veiller à capitaliser sur les qualités intrinsèques de la halle,
son unité, son apparence « basilicale », sa structure élancée, sa lumière diffuse, pour ne pas perdre la mémoire du lieu.

Julien LECLERCQ
Architecte Associé

L’équipe de VURPAS Architectes nous explique sa vision du projet

1- Le numérique et les startups « cassent » les codes, repensent la manière d’appréhender les modèles. Comment avez-vous intégré cela dans vos réflexions pour proposer un projet qui corresponde à ces nouveaux besoins ?

Philippe Beaujon : Pour constituer notre réponse pendant le dialogue compétitif, nous nous sommes fait accompagner d’acteurs d’autres domaines d’expertise, des professionnels qui nous ont familiarisé avec le sujet numérique.
Car ce projet se singularise par rapport à beaucoup de projets plus classiques et nous engage dans une démarche d’aménagement spatial bien différent.
Une fois lauréat, on a rencontré l’association Lyon French Tech et assisté au Blend Web Mix en tant qu’auditeurs de nombreuses conférences. Cela nous a énormément nourris ! On a senti la dynamique de cette communauté, des personnalités de tout âge qui n’ont peur de rien et ont 1000 idées à la minute !

Julien Leclercq : On a rapidement compris et très vite senti que tous ces entrepreneurs aiment être ensemble, travailler ensemble et que leur champ de possibles est gigantesque ! Ils forment un réseau, un milieu de passionnés très dynamiques.
En effet, oui, ils cassent les codes car on le voit, de par leur état d’esprit, ils ont besoin de lieux atypiques pour se construire, travailler et portent une grande importance aux flux, aux échanges.

PB : C’est la différence avec des espaces de travail classiques : ces entrepreneurs sont souvent réunis pour travailler, d’où un véritable besoin d’espaces partagés, d’espaces de détente, de croisement… c’est pour eux un besoin naturel et c’est leur force !
Le bâtiment veillera donc à définir des typologies d’activités en fonction des moments de la journée, pour que ce Lieu Totem soit le lieu des possibles, un lieu généreux dans ses configurations et dans ses capacités d’accueil pour leur proposer des conditions de travail optimales !

2- Comment avez-vous travaillé les contraintes liées aux mutations en cours du quartier pour en faire de vraies opportunités structurelles pour le lieu ?

PB : La halle est l’articulation centrale du bâtiment qui se positionne au nord vers un futur environnement urbain, dense, public, tourné vers la ville et au sud vers un ensemble paysager ensoleillé, végétal.

S

SPL volumÇtrie2 VURPAS ARCHITECTES.jpgN                           

Il nous faut impérativement organiser l’espace du lieu Totem en fonction de l’environnement proche et passer de la halle industrielle à une halle fédératrice dans la ville.
À l’image des anciennes halles couvertes au centre du village, nous avons recherché à dégager un large parvis, un espace public connecté à la future transversale. Ouverte sur le futur quartier de la confluence, la partie ouest de la halle pourrait alors devenir une place couverte très appréciée, symbole de la métamorphose du site industriel et offrir une aire d’animation extérieure à Lyon French Tech.

SPL croquis VURPAS ARCHITECTES                       plan 2

3- Quels sont pour vous les atouts structurels du lieu Totem?

lieu2


PB :
L’atout majeur est le peu de structures porteuses qui offrent de très grands volumes.

JL : Oui, car c’est une grande halle avec une structure quasi basilicale !
Le second atout est clairement la présence des sheds latéraux qui permettent d’éviter les jeux d’ombres et de protéger du soleil tout en réceptionnant une belle lumière naturelle sans reflet ni rayon. Ces sheds offrent une typologie d’espace intéressante où tout se passe au cœur !
Le troisième atout est l’emplacement de référence au sein de son environnement, une position unique dans le futur champ urbain alentour. Enfin, un quatrième atout : sa façade unique – construite après la halle- qui lui délivre une identité très forte. Cette façade, était destinée à montrer à l’époque l’importance de l’entreprise et à permettre son identification parmi les ensembles industriels du quartier.

4-Comment allez-vous valoriser les caractéristiques architecturales et patrimoniales du bâtiment actuel?

PB : La façade patrimoniale va être restaurée sobrement, nous conserverons la grande échelle du site industriel avec sa nef centrale de 77 mètres de long par 16.50 mètres de large et sa charpente composée de métal et de bois. L’espace disponible au cœur de la halle doit être exploité pour profiter de la générosité des espaces.

5- Comment avez-vous conçu et agencé les différentes zones d’occupations et de travail du bâtiment?

PB : Tout l’enjeu est de transcrire « en douceur » une halle industrielle du XIXe en espace tertiaire et évènementiel du XXIe siècle, de réinventer, sans antagonisme rédhibitoire, du contemporain dans de l’ancien, de nouvelles fonctions dans d’anciennes structures. Au global, nous avons pensé l’agencement des différents volumes avec des fonctionnalités techniques qui permettent de créer des dispositions de travail et de réunion multiples.

JL : Il s’agit du lieu du numérique à Lyon, il faut donc que les startups aient la main sur ce lieu et perçoivent les espaces de travail mis à leur disposition comme un outil simple et abordable, on ne doit pas oublier que ceux qui lancent leurs startups n’ont pas beaucoup de moyens.
C’est la raison d’être du lieu : mettre à profit l’espace pour être un lieu de rassemblement et d’identité, un lieu de convergence des petits et des grands entrepreneurs.

PB : Le lieu Totem sera la vitrine du numérique lyonnais mais les entrepreneurs occupant les espaces du site ne seront pas en vitrine, les zones privées sont très importantes. Il n’y aura pas de circulation publique au sein des espaces de travail des entrepreneurs locataires même si sur l’ensemble du bâtiment nous avons voulu une belle synergie entre les différentes structures définies.

6- Les espaces événementiels seront la vitrine de l’écosystème numérique du lieu Totem : comment avez vous programmé les flux de circulation à l’intérieur du bâtiment et vers les espaces extérieurs ?

JL : Il y aura une place en partie couverte qui portera trois rôles :

  • Être l’espace public du quartier environnant dans un périmètre proche qui invitera à se diriger vers un grand auvent généreux, vers l’entrée du site. Un espace de transition entre l’espace extérieur et l’intérieur de Lyon French Tech.
  • Être un espace de communication ouvert sur la place en offrant aux invités et au quartier des événements, des réceptions… pour que le lieu Totem devienne un repère fort et un lieu de convergence pour le quartier de la Confluence, une vitrine urbaine pour l’écosystème numérique lyonnais.
  • Être un espace à vivre à l’image du rôle fédérateur des anciennes halles sur la place du village ! C’est aussi un grand vide à s’approprier pour toutes formes d’usages possibles : démonstration, information, animation, spectacle, rassemblement ou simplement déambulation…

Mais il faudra aussi donner à voir à l’intérieur de la halle grâce à un espace événementiel polyvalent avec des espaces modulables qui pourront recevoir simultanément plusieurs évènements de type conférence-débat, petit-déjeuner débat, réception/apéritif-dinatoire, évènements créatifs à la demande et à l’initiative des startups ! Le site offrira plusieurs points de restauration pour permettre à tous de partager des moments de convivialité et d’échanges au sein de la halle mais aussi ouverts sur le quartier grâce à sa grande place couverte.

PB : Ce futur lieu Totem est une spécificité lyonnaise, il y a des pôles existants de la French Tech partout en France. Ici, le lieu est plus restreint par rapport à d’autres villes, il représente la création d’un nouveau pôle et devient le lieu référent qui fédère toutes les démarches. Non pas pour concurrencer les autres pôles lyonnais, mais pour être leur support. Il s’agit de faire du lieu Totem le lieu des premiers contacts pour les jeunes entrepreneurs, comme le serait une table d’orientation ! Il y a toute une nouvelle vague, une nouvelle génération à satisfaire et à aider !
SPL volumÇtrie1 VURPAS ARCHITECTESplan 2

Première visite

À notre première visite, nous avons été impressionnés par les volumes exceptionnels et généreux de la Halle Girard. La beauté dégagée par cet ensemble bâti du patrimoine industriel, naît en premier lieu de son échelle, de sa grande dimension Est Ouest, de la hauteur sous plafond de la nef centrale libre de tout point porteur avec une logique constructive rationnelle, gigantesque et répartitive, fascinante et attirante.
Les grandes dimensions de la nef de plus de 80 mètres de long par 16,50 mètres de large soit plus de 1300 m2 offre un volume disponible de 17 500 m3 !
Le futur lieu totem, c’est aussi une structure existante saine, bénéficiant d’une lumière verticale de qualité qui illumine tout l’espace d’un bel éclairage naturel.

L’ambiance et les usages souhaités pour le futur lieu Totem

À l’intérieur, tout l’enjeu réside en la transcription « en douceur » d’une halle industrielle du XIXe en espace tertiaire et évènementiel du XXIe siècle, de réinventer, sans antagonisme rédhibitoire, du contemporain dans de l’ancien, de nouvelles fonctions dans d’anciennes structures et des parcours dans des lieux désormais désaffectés. Comment la Halle Girard peut se métamorphoser en lieu totem de l’écosystème numérique Lyonnais ? Comment insérer les différents espaces de bureau de demain dans les murs historiques de l’ancienne chaudronnerie sans perdre les qualités intrinsèques de la halle, son unité, son apparence « basilicale », sa structure élancée, sa lumière diffuse, sans diviser à tout va et perdre la mémoire du lieu ?


Le lieu Totem sera décomposé en 3 espaces à vivre :
1- Les espaces événementiels : la vitrine de l’écosystème numérique.
2- Les espaces partagés : vivre ensemble.
3- Les espaces tertiaires : des surfaces disponibles pour les startups.